Théâtre – « Et après ? Je me tais. Et j’existe ! »

Et après Je me tais. Et j'existe. Et j'existe

Date : 31 janvier 2018
21:00 Catégorie Théâtre et Danse

Lieu : L'Aghja
Adresse : chemin de Biancarello
Ville : Ajaccio
Région : Ajaccio
Carte en bas de page


Mercredi 31 janvier 2018 – 21h00 – L’Aghja – Ajaccio

« J’ai quarante ans, un mari qui ne m’aime plus, deux merveilleux enfants, un travail que j’adore… Au fond, ce n’est pas si mal. Il y a aussi mon autre vie. Jardin secret. Vie rêvée, inventée, vie sublimée, vie cachée. »

Ce texte raconte une chute. La chute vertigineuse et abyssale d’une femme en proie à la difficulté de faire le deuil d’un homme vivant, avec tout ce qu’il symbolisait. Entre vérité et mensonge, rêve et réalité, entre équilibre et déraison, il n’y a qu’un souffle, celui de la vie.

Cette première écriture dramatique est née d’une nécessité. La nécessité de dire. Dire la douleur, le manque, le renoncement. Dire la vie aussi, le désir, l’espoir, la soif, l’idéal. Dire aimer.

Dire la poussière et la renaissance. Dire le vide et la plénitude. De cette dualité se dégagent deux voix. La première nous livre tout, l’intime, le personnel, le profond, le secret, l’absolu, l’impénétrable.

La seconde est pragmatique, concrète, efficace, elle raisonne, ramène à la surface, elle est pratique et réaliste. Deux voix mais une seule femme. La femme dans toute sa beauté, sa féminité, toute sa complexité aussi, ses paradoxes, la femme, la mère, l’amante, l’aimante. Il y a encore une troisième voix, la voix onirique ; plus discrète, cachée, enfouie presque, elle se délivre, devient lyrique, la voix du fantasme, de l’abstraction.

Trois voix et toujours une seule femme. Cette pièce délivre une parole emprunte d’amour, de joies et de peines, de souffrances, de pudeur, de passion, de déraison, d’écoute ou encore d’espérance… Une parole sensible, une parole sincère, franche, directe, drôle parfois, impudique quelques fois. Une parole profondément lumineuse. 
« La vie est un sommeil, l’amour en est le rêve, et vous aurez vécu, si vous avez aimé. » Alfred de Musset (À quoi rêvent les jeunes filles)

www.compagniemiranda.com

Mise en scène : Caroline Marcadé
Avec : Marie Murcia, Fanny Arnulf, Juliette Roudet
Lumière : Joël Adam
Production : Compagnie Miranda

TARIFS :

Plein tarif : 17 €

Carte Ajaccio Culture 15 €

Enfants (jusqu’à 10 ans) et scolaires 5 €

Tarif réduit * 11 €

* Jeune moins de 20 ans, étudiant, demandeur d’emploi, intermittent du spectacle

Tarifs Comités d’Entreprise : merci de nous consulter.

L’Aghja est associée au dispositif PassCultura. Sur présentation d’un ticket PassCultura un billet d’entrée vous est remis, mais vous devez réserver votre place.

 

"Et après ? Je me tais. Et j'existe !"

 

Chargement de la carte…