“12° Teatrale : une belle clôture” par Antoine BELLONI – Photos Prophotocorse Raphaël

 

 

 

 

 

La « critique » de CorsEvent par Antoine BELLONI

12° Teatrale : une belle clôture

 

Cette douzième édition des « Teatrale » s’est terminée… au sprint.

Trois spectacles pour cette dernière journée de samedi, en trois lieux différents et trois genres bien spécifiques.

Voilà déjà l’un des atouts de ce festival de théâtre qui n’est plus tout a fait insulaire puisque avec des compagnies qui prennent parfois leur source à Lyon, Marseille ou… Pantin. De la diversité proposée donc au spectateur. Mais aussi de l’excellent travail.

Tout d’abord, et sur la grande scène du théâtre, avec ses amateurs de Porto Vecchio Toinou Massiani nous « mitonne » un frais « Médecin malgré lui ». Un classique de Molière des années 1600 certes, mais entrecoupé de chanson très actuelles, avec force coups de bâtons, bien sûr, sur Sganarelle, mais pas que… Sganarelle, et quelques maniements de revolver assortis de menaces in lingua nustrale bien senties.

Même si le salut en instantanés photos cadrés dans le décor a été déjà utilisé le public acquiesce.

Dans la salle des Congrès cette fois Orlando poursuit sa saga des Bonaparte. Les « héritiers de l’Empire » sont en Italie pour ce 5° épisode et se déchirent, bien sûr.

Letizia ( toujours Marie Paule Franceschetti) tente de calmer le jeu mais la discorde fait rage entre Louis (Daniel Delorme), Louis Napoléon, qui deviendra Napoléon III et Hortense de Beauharnais, Jéremy Alberti et Lucile Delanne ayant « doublé » dans ce festival avec « Gigi » et le spectacle pour enfants « Catastro’fées ».

A noter qu’une fois encore chez Orlando décors et costumes accrochent l’œil.

Enfin sur le coup de 20 h 30 il faut vite se transporter à l’Alb’Oru où Alexandre Oppecini reçoit les spectateurs qui avaient apprécié son « T Rex » l’an dernier. Mais pas que…

Et ils ne seront pas déçus.

Nous avions dit que l’histoire de « Davia », cette jeune corse originaire de Balagne et razziée avec sa famille, méritait une pièce de théâtre. C’est fait et bien fait par Alexandre.

Il faut dire que partie récalcitrante et maladroitement ( mais dans l’exercice de la danse orientale seulement !) la pétillante Hélène Roisin finit par se hisser à la hauteur de son véritable professeur, puisqu’elle enseigne vraiment, la magnifique marocaine Btisam Zitoun.

Entrecoupé de berceuses corses confiées à la voix de Marie Ange Geronimi, qui n’est plus à vanter, ce spectacle à deux danseuses va crescendo. Le public est conquis. Mais il est debout pour le rappel constitué d’une chorégraphie sans aucune fausse note.

Durant de longues minutes l’élève a rattappé … la maîtresse.

Cette Sultane corse c’est la cerise sur le gâteau des 12° Teatrale.

Hélène et Btisam pourraient fort bien continuer à danser ailleurs qu’à Bastia.

A.B.

 

(Photos Prophotocorse)

Raphael Lepori prophotocorse@gmail.com

Page Facebook